Vouloir faire du MLM, c’est bien, utiliser le bon vocabulaire, c’est mieux !

Vouloir faire du MLM, c’est bien, utiliser le bon vocabulaire, c’est mieux !

Faire du MLM

Un vocabulaire pour chaque métier.

Si je vous dis :

-« L’aplombs de cet Alezan avec cet avant-main orgueilleux est très agréable à regarder.
Cet autre animal bringé et bréviligne est d’une force peu commune. »
Vous aurez compris ?
Non à moins que vous ne soyez dans le milieu du cheval et que vous ayez la curiosité d’en connaitre ce vocabulaire particulier. (merci au site WikiHorse)

Chaque métier à son vocabulaire (je vous ai déjà parlé de ce qu’est le MLM dans cet article : « Métier : et si vous trouviez votre voix ?« ). Faire du MLM demande aussi que vous adoptiez un certain vocabulaire.

Pourquoi ? Parce que ça évite de donner de fausses pistes aux gens qui vous lisent ou qui vous écoutent.
Parce que ça évite une confusion des genres.
Dans l’article précédemment cité, je disais que « le MLM n’est pas de l’affiliation« .
Mais ce n’est pas l’armée non plus ni du salariat !

Faire du MLM, ne vous trompez pas de mot.

Qu’utiliser comme vocabulaire pour être dans une réelle activité de MLM ?

Déjà se mettre dans la tête que l’on créé son entreprise.

Du coup, pour avoir une entreprise, il faut un statut, c’est à dire officialiser son activité auprès des services compétents (Impôts, URSSAF etc).
Dans le cadre du MLM, il y a le statut de VDI (Vendeur à Domicile Indépendant) et celui d’entrepreneur (avec un statut au choix : micro-entrepreneur, SARL, SA etc mais on choisira plutôt un statut d’entreprise individuelle).
Et donc, lorsqu’on a un statut de VDI, dans du marketing de réseau (autre nom du MLM), on ne « recrute » pas.
Car ce mot est adapté pour l’armée (ou un contexte particulier de groupe) :

  1. Engager (des hommes ou des femmes) pour former une troupe.
    Recruter des soldats.
  2. Amener (qqn) à faire partie d’un groupe.
    Recruter des partisans (embrigader), des collaborateurs (engager).

On ne propose pas non plus de « poste » comme je l’ai vu dernièrement.

Un poste dans le langage de l’emploi, c’est du salariat, cadre ou non. Donc avec un statut particulier qui demande un contrat de travail (CDI, CDD etc). Si vous proposez un »poste » à quelqu’un d’un peu « tatillon » voir procédurier, vous risqueriez de vous trouvez au tribunal pour mensonge, omission…

Vous ne proposerez pas non plus « d’emploi« . Chez Larousse ce terme désigne : » Un travail rémunéré dans une administration, une entreprise, chez quelqu’un : Chercher un emploi. »

Alors quel vocabulaire utiliser dans ce métier ?

Comme je l’ai dit plus haut, lorsque vous démarrez dans une activité de MLM, vous avez soit un statut de VDI soit un statut d’auto entrepreneur. Autrement dit, vous êtes chef d’entreprise ! Vous êtes indépendant !

Quand on est chef d’entreprise, on parle d’investissement, pas d’achat. Autrement dit, si vous désirez vous constituer un petit stock de produits (ce qui est déconseillé et que votre partenaire n’a pas le droit de vous y inciter ! ), vous n’êtes pas en train de faire vos courses (!) mais vous investissez pour votre entreprise.
Lorsque vous démarrez, on vous demande souvent des frais de démarrage. Dans ce cadre là, c’est exactement comme si vous lanciez votre boulangerie et que vous choisissez le statut SARL. On va vous demander des frais d’inscription d’une moyenne de 230 €.
Ici, (et dans la plupart des activités de marketing de réseau, c’est la moyenne des frais demandés), on vous demande 49 euros… pour constituer une entreprise légale.

Ces frais sont aussi un investissement.

Et lorsque vous voulez « recrutez » alors ?

Hou ! quel vilain mot. Dans le MLM, nous ne « recrutons » pas, nous parrainons, nous cherchons des partenaires d’affaires, nous accompagnons d’autres personnes ayant à peu prêt les mêmes ambitions que nous : créer une entreprise fleurissante.

Et alors nous faisons aussi de la « vente » ?

Oui, juridiquement, nous faisons de la vente : un échange entre de l’argent et un produit s’appelle juridiquement de la vente. Mais dans la pratique, c’est exactement comme si vous alliez voir un bon film et que le lendemain vous en parliez à un copain : » ouha, il était génial, tu devrais aller le voir !

C’est de la recommandation ! Il y a ceux qui sont doués pour ça et qui donnent envie, et puis c’est vrai que pour d’autres personnes plus timides, c’est moins facile, mais ça s’apprend ! 

Si vous deviez ne retenir qu’une chose de cet article, c’est :

« Si vous avez en tête en rejoignant ou en entendant parler de MLM d’avoir un « job assuré », d’avoir la « sécurité de l’emploi », d’avoir à investir le moins de temps et le moins d’argent possible, de prendre le moins d’initiative possible et d’être aussi peu créatif que possible, alors ce n’est vraiment pas pour vous et vous pouvez retourner à vos occupations habituelles : télé, jeux, l’apéritif du samedi soir et le « métro, boulot, dodo ». (Il n’y a pas de jugement la dedans, créer une entreprise, ce n’est pas pour tout le monde ! )

Par contre, si vous êtes prêt à vous former, à vous retrousser les manches, à parler « d’objectifs », « d’investissement », « d’échecs » etc alors c’est surement pour vous !

Et dans ce cas, venez assistez à l’une de mes présentations : Chaque lundi présentation d’un MLM.

Dominique DUDON

Related Posts

Top 5 des raisons pour démarrer son activité en MLM

Top 5 des raisons pour démarrer son activité en MLM

Une présentation chaque lundi d’un MLM français.

Une présentation chaque lundi d’un MLM français.

Le marketing de réseau : Comment êtes-vous perçu ?

Le marketing de réseau : Comment êtes-vous perçu ?

Le marketing relationnel, une entreprise comme une autre.

Le marketing relationnel, une entreprise comme une autre.

No Comment

Laisser un commentaire